• Moi, Malala

    En octobre 2012 au Pakistan, le bus scolaire qui reconduit Malala Yousafzaï est attaquée. La jeune fille reçoit une balle dans la tête. Elle a quinze ans, on veut la tuer parce qu'elle milite pour l'éducation des filles dans son pays alors que les talibans l'interdisent.

    Dans son livre, Malala retrace son parcours, mais aussi celui de sa famille, et particulièrement celui de son père, instituteur et fondateur d'une école, qui a toujours encouragé les filles à aller à l'école. Elle explique l'histoire du Pakistan depuis sa séparation d'avec l'Inde en 1947, elle parle de sa religion, et raconte l'invasion du Swat par les talibans, les combats, la politique, l'exil comme elle les a vécus; tout est très cohérent avec son histoire, c'est un vrai plus et c'est très intéressant pour ceux qui, comme moi, ne connaissent du Pakistan que le nom et la position géographique.

    Malala a commencé à s'engager à onze ans en témoignant sur un blog de la BBC. Aujourd'hui, elle est saine et sauve et vit au Royaume-Uni avec sa famille. Elle a reçu (entre autres) le Prix Nobel de la Paix en 2014.

    Moi, Malala, écrit par Malala en collaboration avec Christina Lamb, est captivant : je ne l'ai pas lâché avant de tomber endormie vers trois heures du matin. C'était une vraie découverte, tant du contexte politique du Pakistan que de sa culture et de ses traditions. J'avais parlé de Malala en terminale, lors d'un exposé sur les héros, et tout le monde avait été intéressé - il faut dire qu'elle est très jeune (elle a seulement un an de plus que moi!) et incroyablement courageuse. Je ne m'attendais pas à apprécier autant une autobiographie mais c'est vraiment très prenant, je vous la conseille !

    Le site de sa fondation : Malala Fund

    Pin It

    4 commentaires
  • Plus jeune, je lisais déjà Daniel Pennac; je me souviens surtout de la série des Kamo (quatre livres en tout) qui était assez palpitante - suffisamment pour moi. J'avais d'ailleurs été marquée par une interview en fin de le livre, où Daniel Pennac expliquait qu'écrivain n'était pas un métier mais une façon d'être.
    J'avais donc déjà lu l'intrigue de Messieurs les enfants dans Kamo et moi (je ne me souvenais pas de la fin, comme d'habitude). Je ne sais pas lequel est le plus ancien, mais la version "adulte" est évidemment beaucoup plus détaillée.

    Daniel Pennac, Messieurs les enfants

    M. Crastaing, horrible professeur de français, donne ce sujet en punition à Igor, Joseph et Nourdine :
    "Vous vous réveillez un matin, et vous constatez que, dans la nuit, vous avez été transformé en adulte. Complètement affolé, vous vous précipitez dans la chambre de vos parents. Ils ont été transformés en enfants.
    Racontez la suite."

    Je ne veux pas vous en dire plus sur l'histoire; la quatrième de couverture ne contient que le sujet de la rédaction, et je pense que c'est une bonne idée car il est assez intriguant. L'ingéniosité du roman tient à l'histoire en elle-même, de l'ordre du fantastique, mais aussi à l'écriture et à la narration (De toute évidence, le narrateur est un personnage du roman. Mais qui ?).
    J'ai beaucoup aimé suivre les aventures de ces trois jeunes issus de milieux familiaux complètement différents, c'est ce qui fait la richesse de ce livre. Les personnages principaux sont attachants mais tout de même distants, sûrement à cause du nombre de personnages importants pour l'histoire, et de la façon dont l'histoire est racontée.
    Un autre point positif, le narrateur prend le temps de poser le décor; l'histoire est véritablement racontée au lecteur, avec le souci qu'il comprenne bien ce qui se passe, ce que l'on ne retrouve pas dans tous les romans. Et puis l'écriture, l'écriture de Daniel Pennac... Il faut en avoir lu (au moins) un dans sa vie !

    J'ai aimé lire Messieurs les enfants et je pense que vous devriez le lire. D'ailleurs vous devriez aussi lire Comme un roman du même auteur, parce que c'est un livre vraiment très intéressant, qui m'a fait comprendre beaucoup de choses sur le rapport à la lecture.

    Pin It

    votre commentaire
  • Richard III - National Portrait Gallery

    C'est l'histoire de Richard, le duc de Gloucester, un homme laid, méchant et peu aimé, qui veut devenir Roi d'Angleterre. Et qui est prêt à tout pour y parvenir.

    Richard III est une pièce écrite par Shakespeare, et croyez-moi, c'est dix fois mieux que Roméo et Juliette.

    Contre toute attente, j'ai surkiffé beaucoup aimé lire ce livre, bien qu'on se perde un peu dans les personnages. La langue est juste magnifique, les joutes verbales sont intenses et carrément jubilatoires - en particulier la scène entre Richard et Lady Anne, que j'ai trouvée géniale. Tout s'enchaîne assez rapidement, et l'histoire est vraiment intéressante.

    En bref, Richard III m'a réconciliée avec Shakespeare, et m'a décidée à lire plus de ses pièces historiques, pour commencer.

    Si en plus, vous avez une liseuse Kindle, ou l'application sur votre ordinateur/tablette/téléphone, vous pouvez l'acheter pour 0,94€ ici (non ceci n'est pas un partenariat avec Amazon, c'est seulement la version que j'ai achetée - j'ai lu sur mon téléphone et franchement c'est faisable).

    Vous avez déjà lu du Shakespeare ?

    Pin It

    3 commentaires
  • Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

    Je suis Jack-le-Géant, docteur en ombrologie, médecine par les ombrrrllles. Je soigne les gens atteints de deuil en leur administrant plâtres et cataplasmes pour le cœur, fabriqués à partir de mon ombre. Comme tu as pu le remarquer, je suis plutôt un grand modèle, quant à mon ombre, elle est ENOOOORME...  La vie malgré la mort, je connais, je suis un spécialiste, et je suis venu ici pour t'en apporter un bout, dit-il avec une voix genre chanteur basse des Platters.

    Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi est un livre écrit par Mathias Malzieu, publié en 2005.
    C'est l'histoire d'un homme, Mathias, dont la mère vient de mourir, et de sa rencontre avec un géant qui va l'aider à continuer à vivre. Le deuil est abordé avec la délicatesse de la poésie de Mathias Malzieu, qui a aussi écrit La mécanique du cœur ou Journal d'un vampire en pyjama et fait partie du groupe Dionysos. C'est un roman vraiment agréable à lire, un univers où le réel et l'irréel se mêlent. Même si l'histoire ne semble pas forcément attractive, je l'ai lu d'une traite sans réussir à m'en détacher, ce qui est le signe distinctif des bons livres.

    Je vous conseille ce roman au titre à rallonge. Il est un peu triste, c'est vrai, mais Giant Jack et son monde en valent la peine, je vous l'assure.

    [Je recommence à parler de livres, de façon moins construite qu'avant, j'espère que ça vous plaît.]

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique